Vos questions

Je suis diagnostiqué schizophrène

Même si le mécanisme est difficile à comprendre, on peut noter qu’il y a deux neurotransmetteurs principaux dopamine et sérotonine qui sont à prendre en considération dans ce genre de troubles psychiques. Ou ces neurotransmetteurs sont trop nombreux, ou ils sont déficients. La majorité des neurotransmetteurs étant produits dans les intestins (95% pour la sérotonine), les troubles psychiques sont en lien direct avec les troubles entériques. (Voir troubles entéropsycholigiques selon Natacha Campbell)



Si l’on veut aller vers de réel progrès, une réforme alimentaire est nécessaire. Le nettoyage des intestins et la reconstruction de la muqueuse intestinale seront aussi une priorité. Le mieux sera toujours d’expérimenter, pendant 3 semaines, une alimentation physiologique, des lavements pour balayer ! Penser aussi à nettoyer ! Vous constaterez ainsi chaque jour que le changement s’opère et qu’une nette amélioration du comportement sera mise en évidence. Il est nécessaire de supprimer les neurotoxiques, comme le gluten, les produits laitiers pasteurisés. Ajouter les plantes comme le balai intestinal pour aider l’élimination, le psyllium blond a aussi son intérêt. Pratiquer des irrigations coloniques peut également se montrer bénéfique. Globalement il sera bon de mettre en place un programme de nettoyage et de reconstruction de la muqueuse intestinale et de réhabilitation de tout le milieu intestinal dans son entièreté. Pour cela supprimer les poisons majeurs que sont le gluten, si possibles toutes les céréales, les produits laitiers fermentés, les produits laitiers pasteurisés. Introduire les jus de légumes, les légumes cuits, les bonnes graisses, saturées et insaturées (graisse de coco,  avocat, olive, oeuf, graisse animale).

 

Il peut être intéressant aussi de repeupler les intestins avec de bonnes bactéries (probiotiques).